Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Play your time
Français
Panier
Votre commande 0 articles
Total ttc -

Mes chaussettes rouges

15/09/2020 dans Voyage

Je fais une crise car je ne porte pas mes chaussettes rouges…

« En 1981, j’ai huit ans. Nous venons de parcourir les États-Unis avec mes parents et alors que nous sommes sur le point de quitter notre chambre du Ritz Plazza de New-York, je fais une crise car je ne porte pas mes chaussettes rouges pour prendre l’avion et retourner au Congo ! En effet, mes chaussettes devaient s’accorder parfaitement avec la queue rouge de l’avion de la compagnie Swissair que nous allions prendre. Les valises étaient bouclées et je refuse catégoriquement de quitter l’hôtel ainsi. Mon père d’un naturel très calme en est devenu fou ! Il a envoyé les valises en l’air, les vêtements se sont répandus partout et il a commencé à me poursuivre avec la raquette de squash de mon frère. J’ai finalement eu gain de cause et ai pu porter mes chaussettes rouges pour le voyage. Cet objet dit beaucoup de moi.


Dès l’enfance, je suis très attentionné, très détaillé et concentré. On en parle encore avec mon père. Ces chaussettes racontent aussi mon amour pour l’aviation. C’était toute une cérémonie de prendre l’avion. Je considérais l’avion et même le concept du voyage comme un phénomène très important. J’entrais dans un avion comme on entre dans un temple. C’est l’avion qui m’a donné ma vocation d’architecte. C’est une maison volante finalement. C’est le seul moment où je suis inspiré, où le temps m’appartient. Plus le vol est long plus je suis heureux. Petit, je faisais des sortes de huttes avec les couvertures pour construire une maison dans le ciel. Cette anecdote dit beaucoup de ma persévérance. Je sais ce que je veux et je ne m’arrête pas tant que je ne l’ai pas. Encore aujourd’hui, c’est ce qui m’anime. Cela parle aussi de mon goût pour la fantaisie.

 

Je porte encore beaucoup de chaussettes colorées. Dans un avion, je dessine, je m’inspire, j’aime observer les détails qui définissent bien l’origine des compagnies aériennes. La sobriété presque médicale de Korean Airlines et son bar à cocktails, le bon goût et le raffinement sur Air France tout cela dit beaucoup de chaque pays. Encore aujourd’hui, je m’apprête pour monter dans l’avion. Je suis aussi sensible aux sons. Tous ces détails auxquels je fais très attention quand je crée un hôtel ou un immeuble. Les lignes, les couleurs, les détails, les sons et l’hospitalité des lieux que j’imagine. »

Albert Angel, architecte et designer

 

Né au Congo, élevé en Belgique et en Afrique du Sud, il débute sa carrière à New-York où il vit aujourd’hui à mi-temps quand il n’est pas à Paris. Albert Angel a un goût particulier pour le bien-être et le voyage. C’est ce qui le pousse à imaginer des hôtels à travers le monde et peut-être un jour une compagnie aérienne.

 
Texte : Jérôme Badie
Photo : Anubhav Arora 
Accueilarticle blog