Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Play your time
Français
Panier
Votre commande 0 articles
Total ttc -

Temps de pose. Et de pause.

28/09/2020 dans Votre temps
A l’heure des clichés shootés à la volée à l’aide de smartphones, qui se souvient que la photographie était naguère un art réclamant du temps. Beaucoup de temps, même. Qu’amateur ou professionnel, il convenait de commencer par apprendre à observer son entourage pour se faire l’œil. Puis, d’allier le regard au geste afin d’immortaliser tout sujet à l’instant précis où il se révèle le plus expressif.

A l’époque, on ne shootait pas en rafales au petit bonheur la chance, en espérant qu’un de ces instantanés se révèle photogénique. A la différence du numérique actuel, la photographie argentique laissait aucune place au hasard. Tout sauf automatique, cette technique réclamait même une grande précision, un mélange de célérité et de calme pour que ses images en noir et blanc soient saisissantes au final.

Lors de la prise de vue, il y avait un moment très important, appelé « temps de pose » ou « durée d’exposition », qu’il était nécessaire de parfaitement maîtriser. Ce temps correspondait à la durée pendant laquelle l’obturateur de l’appareil laisserait passer la lumière sur la pellicule. Plus il était court, plus l’image se révélait nette au tirage. Et à l’inverse, plus elle était floue, comme en mouvement si l’exposition avait duré longtemps.
Ce temps de pose se réglait à l’aide d’une molette dont la typographie est reprise pour la montre Klok-01 MINIMAL. L’idée de Klokers est de rendre hommage à la photographie traditionnelle à travers ce modèle. De nos jours, tout est capturé, retouché et gravé dans des mémoires numériques en quelques clics. C’est mieux ou moins bien ? Là n’est bien évidemment pas la question pour le jeune label horloger qui, dans son propre registre, se nourrit autant de traditions que d’innovations. En fait, il s’agit juste de faire référence à ce temps de pose qui permettait jadis de saisir des scènes sur le vif. Et de faire un parallèle avec notre époque trépidante où nous aurions plutôt besoin de temps de pause.

Les heures ont beau filer à vive allure, il est important pour tout-un-chacun de parvenir à conserver son rythme, à maîtriser son agenda personnel, à écouter son horloge interne, à profiter du présent et à se ménager des parenthèses exaltantes dans la frénésie ambiante. A atteindre un état psychologique optimal que Mihaly Csikszentmmihalyi a nommé le « flow » dans les années 1970. Autrement dit, une situation mentale qui se traduit par une joie de vivre, on parle même d’un « état de grâce » auquel on accède lorsqu’on est plongé et concentré à 100% dans une activité physique, intellectuelle ou manuelle… Et pourquoi pas commencer par réapprendre la photographie argentique et ses temps de pose pour accéder à ces précieux temps de pause ?

Texte : Frédéric Martin-Bernard


Accueilarticle blog