Étienne Klein : et si on voyait le temps autrement ? | klokers blog
Françaisfr | Englishen
Etienne Klein - temps

Étienne Klein : et si on voyait le temps autrement ?

Physicien, philosophe, « électron libre » ou « accélérateur de connaissances », Étienne Klein, qui se dit résolument impatient, voue depuis des années ses recherches à l’étude du temps.
Malgré le vertige métaphysique que peut susciter cette notion, elle n’en est pas moins fascinante. Retour sur le travail d’Étienne Klein, qui a participé à la genèse de klokers, et qui pourrait bien bouleverser nos représentations.

Ne pas voir passer le tempsNe pas avoir le tempsTuer le temps… Autant d’expressions de la vie courante qui sont des abus de langage pour Étienne Klein. Ce temps auquel tout le monde pense n’existe pas. Le temps n’est rien en dehors de celui qui en parle, qui le représente. Alors qu’on pense parler du « temps », on parle en fait du changement, de la vitesse, de la durée, de la simultanéité, du mouvement, du devenir,… Le mot « temps » est utilisé pour signifier autre chose que lui-même.

On voit le temps dans une fleur qui fane, un enfant qui nait, un chagrin d’amour qui passe, des rides sur un visage. On imagine que le cadran d’une montre nous donne le temps, alors qu’il ne nous en donne qu’une mesure. On confond le « temps » et « ce qui se passe dans le temps ».  On confond « temps » et « phénomènes temporels ». Ce n’est en effet pas à cause du temps que nous vieillissons ; c’est à cause d’un ensemble de phénomènes biologiques, cellulaires, etc. que nous vieillissons. La physique nous explique alors que la seule constance dans l’univers, la seule chose qui ne change pas, c’est le temps, car il est toujours là, en train de renouveler l’instant présent. D’un point de vue physique, cette sensation d’accélération du temps qui peut être ressentie dans nos sociétés modernes est donc une absurdité.

Étienne Klein réfute donc la métaphore connue de Marc Aurèle : « Le temps est un fleuve fait d’évènements ». Le temps, le vrai, lui, est immobile. Le fleuve, c’est nous.

Si une nouvelle vision du temps est possible, de nouvelles représentations de ce temps le sont également.
Étienne Klein a ainsi été une source d’inspiration pour klokers et sa mission de toujours mettre en scène le temps de façon singulière, pour se le réappropier et le revaloriser, au-delà des traditionnelles aiguilles qui tournent.

Publier un commentaire